Révolution ou Evolution ?

Une bonne partie de l’humanité rêve du “grand soir“ qui précipitera l’avènement d’un monde meilleur. C’est tout à fait compréhensible mais parfaitement irréaliste.

Les peuples qui ont liquidé les rois, les nobles, les prêtres, les dictateurs ou les “bourgeois“ n’ont pas été plus avancés pour autant. Après des souffrances terribles, ils se sont retrouvés exploités par de “nouvelles classes dirigeantes“ parfois plus cupides et brutales que les précédentes.

Changer d’hommes, d’idéologie ou de religion est totalement inutile. Démocratiser les systèmes politiques est l’unique solution.

 

DÉMOCRATISER

Les divers partisans de la démocratie directe proposent des solutions constitutionnelles très différentes.

La plus simple est probablement celle de l’Association Article 3 qui propose d’ajouter une nouvelle formulation à l’article 3 de la Constitution française [modification entre crochets] :

La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum [d’initiative citoyenne, en toutes matières y compris constitutionnelle et de ratification des traités ; cet article ne peut être modifié que par voie référendaire.]

D’autres projets sont plus complexes, le mouvement Démocratie Directe et Résilience, par exemple, a rédigé une Constitution qui réorganiserait complètement la vie politique nationale.

Ce n’est pas un débat mineur. Une rédaction trop brève peut être rendue inopérante par un seul mot habilement placé. Une construction trop complexe et trop lourde peut, à juste titre, décourager les bonnes volontés.

Notre position est intermédiaire. Nous suggérons d’introduire dans la Constitution de 1958 quelques modifications fondamentales suffisantes pour instaurer, irréversiblement, une démocratie véritable, tout  en utilisant au maximum et sans complications inutiles une partie des institutions existantes (notre proposition de texte figure à la page : Notre Démocratie Directe).

STRATÉGIE DES MOUVEMENTS DÉMOCRATIQUES

Si les partisans de la démocratie directe parviennent à convaincre l’opinion publique, les gouvernants, qui ont l’œil rivé sur les sondages, n’oseront pas résister.

Renverser un gouvernement, si critiquable soit-il, est rarement une bonne stratégie. Comme il a le pouvoir de modifier les lois et la constitution, réfléchir, coopérer, traiter avec lui ou le mettre sous pression, est bien plus avantageux. À condition de ne pas exiger des réformes trop coûteuses, trop brutales, trop risquées, il est possible d’obtenir, sans violence, des avancées substantielles.

Si des partis démocratiques accèdent au statut enviable de “parti charnière”, ils pourront négocier des réformes avec les gouvernements. Il faut espérer qu’ils ne se contenteront pas de décrocher des portefeuilles ministériels.

Il n’est pas nécessaire que les partis démocratiques prennent le pouvoir, ce serait peut être, même, inapproprié. La nature humaine étant ce qu’elle est, même des démocrates sincères sont susceptibles de succomber à la griserie des super-pouvoirs, de la célébrité, des “ors des palais de la République”et autres délices. Dans le passé, nombre de révolutionnaires purs et durs, sont devenus, du jour au lendemain, des exploiteurs impitoyables.

Dans tous les cas, la pression d’une opinion nationale fermement convaincue de la nécessité d’une démocratisation des institutions est indispensable. 

 

Page suivante : Lisez (R)évolution Démocratique, le livre

 Famille